Origines de l'opération

Des origines…

En juin 2020, j’ai reçu un mail de l’association Brigitte Bardot… Un mail qui m’a renvoyée loin dans mes souvenirs. J’étais en 6P à l’époque. Ce n’était pas harmos… Donc 8P harmos… Avec mon frère, nous étions très en souci de la pollution et nous avions fait différentes actions pour sensibiliser nos camarades. Nous avions par exemple interviewé leurs parents, à propos de l’usage de leur voiture. Nous avions aussi créé un journal, avec sur la première page un dessin d’éléphant, et des jeux, mots croisés,… à l’intérieur. Journal que nous avions vendu à l’école pour récolter des sous pour la sauvegarde des éléphants. Et nous les avions envoyés à Brigitte Bardot !

 

Le temps a passé, j’ai terminé le collège, fait des études, j’ai eu des enfants. Pour moi le temps où l’on tuait les éléphants était forcément révolu. Le temps où l’on polluait à outrance aussi. Nous, les humains, nous avions compris. Même s’il me paraissait tout à fait logique et nécessaire encore de boycotter Nestlé et Lindt… Et l’Oréal aussi…

 

Un jour je me suis réveillée de cette torpeur. J’ai vu les élevages intensifs, la déforestation, les dégâts causés à la terre par les pesticides et les labours, la privatisation de l’eau, la pollution due aux mégots de cigarettes. J’en ai ramassés, des mégots. J’ai écrit à ma commune. Pour rien. J’ai écrit et fait signer des pétitions pour proposer des journées végétariennes dans les cantines et inciter les communes à consacrer des terrains à la culture de forêts comestibles. Pour ? Je ne sais pas encore si l’idée fait son chemin…

J’ai créé un petit groupe d’échange permaculture et zéro déchets, réunissant des mamans chez moi. Nous l’avons appelé «Ensemble pour demain». 

Genèse de l’Opération 2051

Suite à ces démarches, il m’a semblé que la voie politique ne serait pas assez rapide pour obtenir les changements nécessaires à notre survie. Et l’idée m’est venue de m’adresser directement aux dirigeants économiques, aux patrons des multinationales, pour les toucher au coeur. AU COEUR. L’idée des dessins et des paroles d’enfants est venue en même temps, tant il naturel pour eux d’avoir les mots justes et tant leurs dessins sont touchants. Ce que je ne savais pas alors, c’est que je m’engageais sur un chemin plein de surprises.

Genèse du court-métrage Ensemble pour 2051

Il fallait un moyen d’informer un maximum de gens, pour qu’un maximum d’enfants participent à l’opération. J’y ai réfléchi quelques jours. Pourquoi pas un petit film, à poster sur le net ? Alors j’en ai parlé à mes amies. Et là, première surprise : tout s’est emballé. Véronique a complètement adhéré. Et quelques jours plus tard, alors qu’elle revenait d’une marche pour le climat, elle me dit «L’ambiance était si belle, cela m’a inspirée. J’ai imaginé un conte pour ton histoire de 2051. Je suis libre mercredi prochain, on pourrait filmer des enfants qui dessinent ?»

C’était vendredi. Nous avons écrit à quelques parents, pour voir si leurs enfants voulaient participer.  Entre temps, j’avais réfléchi qu’il me fallait trois espaces différents pour filmer, tout à l’intérieur chez moi. Autant dire que j’ai passé le week end le plus speed de ma vie, à tout mettre en ordre, nettoyer plus ou moins et surtout finir enfin d’arracher la vieille tapisserie du salon pour faire un crépis. 

Deuxième surprise, voilà que Nadia me dit « Ah oui, au fait, ton histoire de 2051, cela m’a inspirée, j’ai écrit une chanson. Cela m’est venu tout seul, c’est la deuxième chanson que j’écris de ma vie !». Vous la connaissez, cette chanson… Ma terre verte et bleue

 

Le mercredi suivant, troisième surprise : tout était prêt et ils étaient 18, les enfants, avec les autorisations pour être filmés. Alex, l’ami de Véronique, était là aussi, pour les prises d’images et de son et Fanny pour le maquillage !

Même enthousiasme pour l’enregistrement de la chanson, avec 5 enfants qui l’ont rapidement apprise.

Voilà comment le film «Ensemble pour 2051» est né. Je profite de saluer le travail absolument formidable d’Alex et Véronique, pour le montage du film et le dessin animé qui illustre la chanson à la fin du film. 

 

Pour moi, la quatrième surprise et peut-être la plus importante, c’est le changement d’énergie dans lequel je me suis trouvée. Après une longue période vraiment déprimante, à prendre conscience de notre impact sur la planète, à essayer de ne plus produire de déchets et à ramasser les mégots de cigarettes, je me trouvais dans un tourbillon de couleurs, de rires, d’amitié et d’enthousiasme.

Genèse de la vidéo de confinement

Quelques mois plus tard, l’idée me trottait dans la tête d’aller sur la Place Fédérale chanter notre chanson Ma Terre Verte et Bleue dans les 4 langues nationales, afin de donner un signal fort à nos autorités. Sur les conseils d’une amie, j’ai contacté François Vé, qui chante dans les 4 langues nationales, pour avoir quelques conseils. 

Cinquième surprise, François prend le temps d’un long téléphone avec moi pour me donner plein de conseils. 

J’ai ensuite appelé la police à Berne, en allemand. Je ne sais pas si vous visualisez bien le défi que cela me posait ! Il fallait pouvoir justifier que nous serions au moins mille pour pouvoir réserver la place. Cela ne m’a pas découragée. Mais voilà, il y a eu le confinement… et j’ai vu passer de très belles vidéos de confinement sur internet. C’était tout de suite un peu plus simple à imaginer. 

Il restait à traduire la chanson, faire une partition pour les musiciens, trouver des jeunes chanteurs motivés, peut-être un violoniste… 

 

J’ai contacté une amie qui vit aux Grisons. Elle me dit «je connais une super maman, enseignante de musique, je suis sûre qu’elle sera d’accord de traduire la chanson.» Et en effet, sixième surprise, Laura a été d’accord. Non seulement de traduire la chanson, mais aussi de la faire chanter à des enfants. A chaque fois que je lui demandais quelque chose, il me semblait que ce serait la dernière chose. Mais à chaque fois, il y avait encore autre chose à faire. Et Laura m’a épaulée incroyablement, alors que nous ne nous connaissons même pas. 

Pour l’italien, Nadia a tout assuré. Et pour le Suisse-Allemand, Maja, une amie que je n’ai pas revue depuis nos études musicales il y a plus de 10 ans… J’avoue que je suis stupéfaite du travail qu’elles ont accompli toutes les 4, juste comme cela, gracieusement. 

A ce stade, je ne compte plus les surprises…

Pour l’accompagnement musical, j’ai contacté mon ami Michel Bühler, qui n’a pas hésité une seconde et nous a fait un accompagnement nickel.

Nouvelle surprise, la maman de Doryan m’écrit que Doryan a inventé un rythme pour la chanson et qu’il va l’enregistrer sur la darbouka. Absolument tip top. 

Surprise encore, de voir quels enfants et quels parents se sont engagés dans ce projet et le travail accompli. 

Avec les vidéos des enfants, nous avons fait une première vidéo et surtout une première bande son. L’idée était de l’envoyer à Aimé, le violoniste auquel j’avais pensé, pour l’avoir entendu deux fois jouer en concert. Il pourrait ainsi inventer sa voix. Là, j’ai eu son père, Jean-Christophe, au téléphone. Il me dit «euh… pour Aimé, c’est un peu difficile… jouer avec cette vidéo… Je ne sais pas, peut-être que si vous m’envoyez les enregistrements, je pourrais faire refaire la bande son.» «OUI, BIEN SÛR !!!»

Epoustouflant, comme Jean-Christophe a réussi à synchroniser et égaliser les voix, pour faire une bande son vraiment chouette à écouter. Et comme Aimé a composé et interprété la mélodie du violon !

 

Il restait à faire une bande image à la hauteur… Le défi était de taille et j’y ai passé des nuits… Avec encore des surprises… Notamment celle-ci : touchant à la fin du projet, j’ai réfléchi toute une matinée à l’image de fond qu’il fallait mettre au tout début du film, quand les enfants écrivent. Dépitée de ne pas trouver, je vais chercher mon fils Thibault à l’arrêt de bus et que vois-je… Il m’apporte un magnifique dessin-bricolage de grenouilles tout à fait adapté pour le début du film !

J’espère que la vidéo vous plaît !

Nous les soutenons

Mouvement pour le climat

Finance éthique et durable

Diverses actions par le monde

Merci de votre soutien

IBAN: CH59 0839 0036 3627 1000 2
Banque Alternative Suisse SA, 4601 Olten, BIC: ABSOCH22XXX
Ensemble pour 2051, 1450 Sainte-Croix.

L’association est exonérée d’impôt pour but de pure utilité publique.
Les dons sont fiscalement déductibles du revenu imposable.